Pourquoi ce blog

Il est possible d’être parfaitement heureux,
peu importe les circonstances de notre vie.

J’ai soixante-et-onze ans et je pratique la méditation Vipassana depuis huit ans. J’en éprouve beaucoup d’enthousiasme et je suis tellement content des résultats, que je pourrais en parler sans arrêt. Comme je ne veux pas risquer d’ennuyer mon entourage, j’ai décidé de créer ce blog. Ainsi le lecteur éventuel sera toujours libre de me faire taire 🙂

Depuis longtemps, et sans doute comme beaucoup d’autres, je vivais avec cette impression sourde et omniprésente qu’il manquait quelque chose à ma vie, et ce, malgré tout ce qu’on peut souhaiter pour être heureux — la santé, une magnifique famille, une maison dans un quartier paisible, un emploi convenable, un bon réseau d’amis, et ainsi de suite. Et pourtant, toujours ce profond sentiment d’insatisfaction, de besoin non comblé (« Il doit y avoir plus que ça! »).

Malgré tout, je refusais d’écouter cette voix intérieure, ces réflexions qui se manifestent lorsque nous traversons des périodes de remise en question, et qui apportent une forme de soulagement, nous permettant de continuer à vivre avec une certaine paix, un certain bonheur. Cette voix qui dit : « C’est comme ça, la vie. Il faut l’accepter! »

Que ce soit mes propres réflexions ou les sages proverbes que je pouvais lire à l’occasion, je voyais ces belles paroles comme autant de bouées auxquelles nous nous accrochons pour éviter de déprimer, mais qui n’ont aucun effet réel et durable.

Et je continuais de chercher.

C’est par mon fils que j’ai appris l’existence de Vipassana, et je lui en suis très reconnaissant. Sur le site Web du Centre d’où il arrivait, on y définit cette forme de méditation comme le fait d’apprendre à « voir les choses telles qu’elles sont réellement ».

Ayant beaucoup lu, réfléchi et participé à des séminaires sur l’épanouissement personnel, je me considérais comme une personne apte à voir les choses comme elles sont réellement, capable de porter un regard objectif sur moi-même, sur les gens et sur les événements.

D’autres sources y présentaient Vipassana comme un outil pour se défaire de cette certitude que nous entretenons sur notre capacité à voir les choses de manière objective, et que c’est justement cette manière de voir qui est à la source de toute souffrance. On disait également que cette forme de méditation était enseignée « en tant que remède universel à des maux universels ».

Mais était-ce indispensable d’entreprendre une aussi longue retraite pour « voir les choses telles qu’elles sont réellement »?

De quoi se méfier! Je n’y voyais pourtant aucune trace de croyance, religieuse ou autre. Aucun dogme à accepter. Aucun gourou. On devait découvrir et comprendre l’expérience humaine par soi-même, par expérience directe. Ça me plaisait, en même temps que ça m’intriguait.

De plus, on n’exigeait aucuns frais, ni pour le cours, ni pour l’hébergement, ni pour la nourriture, chacun étant libre de faire un don, selon ses moyens. Tout ce qu’on y proposait, c’est une technique concrète qu’on aurait le choix d’utiliser ou non, de retour à la maison.

J’ai donc décidé d’aller voir.

J’y ai découvert un outil dont l’utilisation quotidienne m’a permis d’affronter les difficultés des dernières années avec une sérénité que des amis ont avoué m’envier. En fait, certains m’ont dit ne pas comprendre comment j’avais fait pour « passer à travers » cette période. La réponse a été facile.

Je ne veux surtout pas laisser entendre que je suis capable maintenant de « voir les choses telles qu’elles sont réellement ». Je commence par contre à réaliser que j’interprète la réalité en fonction de mon intérêt personnel.

Il s’agit d’une démarche de développement de soi, un cheminement qui est très long, soit, mais dont les bienfaits se font sentir dès le début.

Y a-t-il un lien entre le fait de « voir les choses telles qu’elles sont réellement » et le fait d’être plus heureux? Je ne sais pas, et je crois que ce n’est pas utile de spéculer là-dessus. Je suis par contre sûr qu’il est tout à fait possible de trouver une véritable paix, libre de toute contrariété, peu importe les circonstances de notre vie. J’en ai des preuves chaque jour.

En partageant mon expérience avec cette technique de méditation ainsi que les bienfaits que j’en retire, je souhaite que les lecteurs y voient une possibilité pour eux, et décident « d’aller voir ».

Puissiez-vous tous être heureux,
Pierre Robert

La photo de la page d’accueil est une gracieuseté d’Andrew DesLauriers

Si vous pensez à quelqu'un à qui cet article pourrait être utile, partagez-le.

9 réflexions au sujet de “Pourquoi ce blog”

  1. Bonjour Pierre,

    Bravo, pour cette expérience que tu nous as si bien partagée. Je dis aussi bravo à ton fils de t’avoir permis de connaître Vipassana.
    Étant un inconditionnel de cette méditation, je ne peux que me réjouir de tout ce qui peut apporter un bien-être dans ce monde de turbulence…
    Merci !
    Jean

    Répondre
  2. Merci, Pierre, de nous partager ton expérience et de transmettre l’espoir. La méditation ne change pas le monde autour de nous, mais transforme radicalement notre univers intérieur. Elle nous apprend à vivre notre vie telle qu’elle est. On parle souvent des guerres affreuses sur la planète. On devrait aussi parler de toutes les guerres intérieures et extérieures évitées grâce à la méditation.

    Merci,
    Danielle.

    Répondre
    • « Guerres intérieures »… J’aime bien l’expression. C’est pour ça qu’il faut être constamment conscient de notre expérience intérieure, et l’accepter, sachant que ça va passer. On constate ainsi qu’on est responsable à 100 % de cette expérience intérieure. Mais on tombe si facilement dans le piège de ne regarder que l’extérieur.

      Et j’ajouterais que ce sont les guerres intérieures qui sont la cause des guerres extérieures.

      Répondre
  3. J’ai lu ton blog; c’est très intéressant. Je suis même tentée vers cette méditation et cette nouvelle façon de voir la vie. Moi aussi j’ai comme un truc qui n’est pas comblé pour être heureuse. Je crois que les signes que j’ai eus récemment, eh bien ça veut dire que je dois améliorer ou changer des choses dans ma vie.

    Répondre
    • Merci de ton commentaire, Sophie. Je souhaite vivement que tu te fasses ce cadeau. Un cadeau qui va te durer toute la vie, et dont tu ne te lasseras jamais.

      Répondre
  4. Pierre, merci pour ce témoignage rempli d’espoir. Tes propos et le ton font foi d’une grande sagesse! Je te remercie pour ce blogue que j’ai déjà commencé à partager, et pour les rencontres de méditation que tu guides les dimanches matin. Encore merci. Namaste!

    Répondre
    • C’est le Bouddha que l’on doit remercier, André. Je ne fais que tenter d’appliquer son enseignement. J’aime bien ton « rempli d’espoir », car cet espoir grandit chez moi de jour en jour, par cette conviction que l’atteinte d’une paix profonde et durable est parfaitement accessible.

      Merci de ton commentaire.

      Répondre

Laisser un commentaire